Mon ado m'a fait changer de point de vue sur le téléphone portable

Si vous êtes en train de lire cet article, il y a de fortes chances pour que vous ayez déjà été confronté aux grands changements d'humeur des ados.

Ces changements peuvent parfois laisser pantois :
" Mais qu'ai-je donc fait pour qu'il me parle comme cela ? " .

Vous n'êtes pas forcément responsable de ces changements d'humeur.
Toutefois, je l'avoue, il faut s'en accomoder, ou comme disent certains, " faire avec " .

Je vous propose de ne pas exactement " faire avec " , à savoir, de " grandir avec " .
Nous avons effectivement, nous, parents, de nombreuses opportunités qui nous sont offertes par nos ados, de grandir en tant qu'être humain.

Mais qu'est-ce qu'elle raconte ? Les adultes ne grandissent plus c'est bien connu ...
Euh, pas vraiment non, et encore heureux !

C'est une expérience un peu " curieuse " au premier abord que je souhaite partager avec vous dans cet article.

La voici ...
J'ai passé des semaines, voire des mois, à me plaindre que mon ado passait tout son temps libre sur son téléphone portable, et de ce fait :

  • ne m'adressait presque plus la parole,
  • avait des comportements fuyants ou agressifs quand je sollicitais son attention,
  • négligeait son travail scolaire.

Tiens donc, cela vous rappelle une situation vécue ?

Puis, pratiquement du jour au lendemain, et quelques jours après sa rentrée au lycée, il a posé son téléphone portable sur la commode dans notre salon, et n'y a plus touché.

A tel point qu'il s'est déchargé.
Le téléphone s'est déchargé
, oui, bien sûr, mais mon ado aussi ;)

Je m'explique ...

Le téléphone restant inutilisé, certains parents d'amis de mon ado, amis extérieurs au lycée, m'ont contactée au bout d'une semaine pour avoir de ses nouvelles, et m'ont confié leur inquiétude :
" Est-ce qu'il va bien ? " .
" Ma fille est inquiète, il ne répond à aucun de ses messages ...  " .

Son père et moi avons alors creusé avec lui le sujet.
Il nous a confié " ne pas avoir envie d'utiliser son téléphone en ce moment ", puis " ne plus avoir envie de communiquer avec ses amis " .
Etrange non ?

Son attitude envers nous avait également changé : il sollicitait notre attention, voulait passer du temps avec nous, pour parler, ou juste pour nous observer.
Cependant, il passait son temps à tourner en rond, désoeuvré, avait perdu le goût de tous les projets qui l'avaient boosté pendant l'été, et semblait " en attente " .

Lâcher son téléphone portable ne lui avait pas pour autant donné de l'énergie pour s'atteler à ses tâches scolaires. Ses résultats restaient en-dessous de ses capacités, et alimentaient son angoisse de " ne pas être à la hauteur " .

Après avoir eu des réponses de sa part sur l'absence de harcèlement scolaire au lycée, nous lui avons demandé de se prendre en charge, en commençant par faire des " petits pas " .

L'un de ces petits pas consistait à reprendre contact  au moins une fois par jour avec l'un de ses amis, à l'aide de son téléphone portable.

" Je vais essayer " .

Je me suis alors rendu compte que j'étais parvenue à dédiabolisé le téléphone portable.
J'ai même avoué à mon ado que pendant la période où il l'utilisait beaucoup, je le surprenais à pianoter sur son écran tactile, un sourire béat aux lèvres.
Un peu jalouse à l'époque ? Probablement.

Mais j'ai maintenant réalisé qu'il avait de nombreuses routes à emprunter, dont beaucoup sans moi, et que c'était de cela dont il avait besoin.

Cela ne me fait plus peur.

 

Crédit photographique : Galvaniluppi.